EN  
last news
News précédentes News suivantes







OK Go : danse avec les écrans

Nouveau clip réussi du groupe indé américain

C’est un spectacle de danse. Avec plein de petites boîtes, des gens vivants dedans, que vous pouvez agiter et déplacer, réduire et agrandir, pendant trois minutes environ, sans sortir de chez vous. Alfred de Musset avait inventé le «spectacle dans un fauteuil», le nouveau clip du groupe de rock américain OK Go invente celui dans un ordi (1). Bon, OK, il vaut mieux avoir le navigateur Chrome (attention, pub, Google a fortement participé au projet) et fermer toutes les autres applications sous peine de griller son processeur. C’est écrit au début du clip.

Après avoir exhibé dans leurs vidéos précédentes des chorégraphies sur tapis de course, des hommes et des chiens savants façon cirque, les dandys aux rouflaquettes d’OK Go prennent le parti de jouer avec les internautes pour la vidéo d’All Is Not Lost en optant, comme Arcade Fire avant eux, pour une animation en HTML5, langage qui permet de faire virevolter les fenêtres de votre système de navigation tout en vous laissant la possibilité de jongler avec. Et qu’on ne peut donc voir sur une vieille télé.

Mis en ligne mercredi, et disponible dans une version 3D sur la 3DS de Nintendo (repub), ce minifilm interactif est l’œuvre de la réalisatrice Trish Sie, sœur du chanteur du groupe, Damian Kulash. Elle avait déjà signé les clips des tapis roulants et des chiens savants. Pour All Is Not Lost, c’est sur une chorégraphie kaléidoscopique de la compagnie Pilobolus que Trish Sie a misé : «Aujourd’hui, une grande idée créative est une grande idée créative, point barre. Il n’est plus nécessaire de choisir à l’avance si son mode de réalisation sera un disque, un film, une danse ou un programme informatique. Les vidéos n’ont plus besoin d’être des outils publicitaires subordonnés à un album, et la chorégraphie n’est plus obligée de se limiter à être dansée dans une salle de spectacle. Nous étions complètement en symbiose avec Pilobolus, à essayer de créer quelque chose qui vit dans le monde de la danse, du clip vidéo et de l’espace numérique, sans pour autant être confinés à aucun de ces seuls espaces», résume Damian Kulash.

Si les danseurs dansent (de jolies brasses coulées, des descentes d’acide à même la vitre derrière laquelle ils sont filmés), les écrans où ils apparaissent dansent aussi. Au bout d’une minute, l’unique fenêtre se multiplie et, pour ne rien gâter, les performeurs, par un miracle technologique de l’autre monde, commencent à former avec leurs pieds (ils sont vus par en dessous) la phrase que le site vous a invité à dactylographier dans une boîte lorsque vous y avez accédé.

http://www.allisnotlo.st


VIRGINIE MALBOS, ERIC LORET
http://www.liberation.fr/culture

30/07/11


PARTENAIRES | CONTACTS | © 2015 IMVFParis